Faire une prospective financière des dépenses de personnel

Il est important de garder à l’esprit les finalités et objectifs qui prévalent à l’établissement d’une prospective des dépenses de personnel.

Ce peut être :

  - déterminer l’évolution des marges de manœuvre financière, une capacité à investir

  -offrir un visuel pour aider à la décision et au pilotage RH (capacité à recruter, leviers d’action, efforts de maîtrise à produire…)

  - montrer qu’il n’y a plus de filets…

Et de garder à l’esprit les destinataires (élus, administration, syndicats…)

C’est donc une démarche stratégique qui dépend de ce que l’on cherche à montrer, pour qui, et dans quels buts.

 C’est un processus d’élaboration de scénarios possibles à moyen et à long terme.

  "l’anticipation n’a de sens que pour éclairer l’action »
  (Michel Godet )

Selon l’objectif visé, la prospective inclura :

  - des variables de risques chiffrées

  - des scénarios sur le niveau d’effectif payé

  - des scénarios plus ou moins pessimistes

Dans tous les cas, c’est une démarche prudente et patiente, et il est préférable de distinguer une phase exploratoire d’identification des enjeux du futur et une phase normative de définition des choix stratégiques possibles et souhaitables.

« Pluralitas non est ponenda sine necessitate »

Dans le doute, autant utiliser le principe de parcimonie ou rasoir d'Ockham : « les multiples ne doivent pas être utilisés sans nécessité ».

En d’autres termes, les hypothèses suffisantes les plus simples sont les plus vraisemblables.

« toutes choses étant égales la solution la plus simple est toujours la meilleure »

Adpr logo01

 

Les étapes

Sur la base du dernier compte administratif connu :

  • projeter d'abord la part contrainte : solde GVT incluant l'effet de noria et les mesures nationales (moyenne observée lors du dernier mandat)

L’impact des mesures nationales constitue la grande inconnue. Elles peuvent représenter entre 0,3 points et 1,5 points de progression sur les dépenses de personnel :

•Les revalorisations du point d’indice en 2016 et 2017 (+1,2% en cumulé) ont représenté près de +0,9 points en année pleine
 
•La revalorisation du taux de cotisation de la CNRACL en 2013 : +0,8 points en année pleine
 
•La refonte des grilles indiciaires de 2017 (protocoles PPCR) ou la mise en œuvre de la réforme des rythmes scolaires : plus de 2 points en année pleine…

 

Néanmoins, des hypothèses peuvent être établies :

•Une GIPA qui devrait s’effondrer du fait de PPCR
•Une inflation qui devrait restée faible voire nulle

Pour le reste (taux de cotisation, modalités de compensation de la hausse du taux salarial de la CSG déductible notamment) c’est plus hasardeux

  • projeter ensuite le niveau d'effectif payé

Selon la taille des collectivités, il serait prudent de mettre en exergue une ligne pour le surcoût généré par les inaptitudes sur postes 

Pour les autres hypothèses sur les effectifs permanents, elles peuvent faire l’objet d’une autre prospective tant les variables agissant à la hausse comme à la baisse sont nombreuses.

La prospective peut partir d’une hypothèse à effectif constant ou simplement indiquer le niveau à minima pour faire face aux ouvertures d’équipement programmées ou dont la probabilité est importante

  • projeter ensuite les mesures internes

Avec plusieurs scénarios. Exemples :

•Maintien ou non des rythmes scolaires
•Effet de la mise en œuvre du RIFSEEP
•Mise en œuvre d’une couverture sociale etc.
 

Prospective

×