charges de travail

Qu’est-ce que la charge de travail ? Elle peut être composée de trois catégories ; la charge prescrite (contrainte), la charge réelle (astreinte) et la charge vécue.

– la charge prescrite désigne les outils pour aborder le travail et ses réactions. Elle se traduit par une exigence de performances et des procédures à mettre en oeuvre. Elle est considérée comme une contrainte et correspond à une demande de l’organisation . Cette contrainte englobe les objectifs de performance à atteindre sur le plan quantitatif comme qualitatif. La charge de travail prescrite évolue dans le temps et se transforme dans le quotidien du travail.

– la charge réelle est considérée comme une astreinte. Elle englobe les processus, les compromis et les stratégie pour surmonter les contraintes du travail et de l’organisation. Elle prend aussi en compte le travail non réalisé, qui attend ou qui est en retard. Elle prend ainsi en compte les évènements variables affectant l’activité.

– La charge vécue est ce qui est ressenti par l’individu face à sa propre charge de travail en lien avec le travail prescrit, ses ressources et celle de l’organisation, et un contexte organisationnel spécifique offrant ou non une reconnaissance et un soutien.

On peut aussi distinguer la charge de travail selon les finalités :

  • charges de contrôle, de surveillance (surveiller des enfants, contrôler une paie, un budget...)
  • charges de coordination ou d'interfaçage (en fonction du nombre d'acteurs et de processus)
  • charges d'information et de communication (s'informer ou informer, communiquer)
  • charges de réalisation ou de conception

Trois symptômes peuvent survenir lorsque les efforts sont élevés alors que les récompenses aux charges de travail s’avèrent faibles :

– Epuisement professionnel : les travailleurs ont le sentiment d’avoir épuisé leurs ressources émotionnelles.

– Déhumanisation ou désinvestissement de la relation : les travailleurs se détachent des personnes qu’ils sont supposés aider, pour lesquelles ils éprouvent des sentiments négatifs.

– Baisse du sentiment d’accomplissement personnel au travail : les travailleurs évaluent négativement leur propre performance au travail, perçue comme un échec.

 

Adpr logo01

×